GORGONZOLA # 16

Gorgonzola 16

Derrière une couverture fantomatique et fluo du finlandais Marko Turunen, un Gorgonzola consacré à la bande dessinée argentine. En projet depuis que Jeneverito nous avait suggéré, voilà quelques temps déjà, qu'il pourrait proposer à certains de ses collègues de nous fournir des planches, ce numéro a pu voir le jour grâce à la rendre fortuite de la doctorante en espagnol et spécialiste de la bande dessinée argentine Claire Latxague, qui a traduit et présenté notre dossier de 64 pages, tout en nous aidant à dénicher des planches. Les quatorze auteurs (ou équipes d'auteurs) de bande dessinée qui y sont présentés fournissent un panorama représentatif de la scène locale actuel.

Jeneverito est bien sûr présent, tout comme les auteurs déjà traduits Liniers avec une jolie nouvelle sur un étrange homoncule qui s'agrège à une famille, Lucas Nine avec Pingo Pongo, « La première comédie musicale en bande dessinée », absurdement endiablée, Juan Sáez Valiente avec une auto-fiction rappelant ce qui se fait sous nos latitudes, et Carlos Nine avec une variation sur la naissance blason argentin, où il est une nouvelle fois rappelé qu'amour et art officiel font difficilement bon ménage.

Parmi les auteurs encore inconnus dans l'hémisphère Nord Hernan Cañellas est le plus engagé, Pedro Mancini le plus bizarre, Victor Paez le plus nostalgique, Constantina Carbonari et Juan Soto (d'après Silvina Ocampo) les plus effrayants, Berliac et Sofia Berge les plus fétichistes, Dario Fantacci le plus cruel, Scalerandi le plus schizophrène, Delius la plus autobiographique et Ernan Cirianni le plus underground. Deux dessins du grand Prix d'Angoulême José Muñoz ouvrent et ferment l'encart.

On retrouve également dans ce numéro trois historiettes érotiques signées Olivier Texier, une nouvelle histoire de Caporal et Commandant des frères LeGlatin, l'adaptation d'une plaisanterie d'Alphonse Allais par Emmanuel Reuzé, L'Au-delà de Guy Boutin, un pictogramme humoristique de Tony, un rébus du Docteur C., six pages superbes de Marko Turunen, une histoire muette d'Erwin Suvaal, du Jzef au meilleur de sa forme (et sur huit pages !), quelques réflexions dessinées sur le milieu de l'art par Yvang, la suite de l'Agent Schumacher de Léo Quiévreux, ainsi qu'un texte de Guénolé Boillot illustré par Olive Booger. David Sourdrille signe, en cinq pages rendant hommage aux fumetti érotiques, sa première collaboration avec L'Égouttoir.

*

Errata : la deuxième planche de l'histoire de Juan Sáez Valiente a été par erreur remplacée par la troisième. Voici la bonne planche.

*

Le cahier argentin de ce numéro a fait l'objet d'une exposition à la maison de l'Amérique latine en Rhône-Alpes de Lyon de 7 au 9 janvier 2011. Les premiers numéros y furent vendus. On peut voir ici des photos de l'exposition. En bonus, une bibliographie à jour en 2010 des bandes dessinées argentines publiées en France.

Infos techniques : 136 pages imprimées A5 noir et blanc, janvier 2011, Épuisé. 160 exemplaires.
Maquette du numéro par Mélanie White. Traductions des planches de Turunen par Glotz et Docteur C., lettrage par Yvang. Direction du dossier argentin par Maël Rannou avec l'aide de Claire Latxague et traduction de ses planches par Claire Latxague et Roberto Salazar.