GORGONZOLA # 17

Couverture du Gorgonzola 17

Dérogeant à son style habituel, Emmanuel LeGlatin réalise une couverture qui, si elle ne jure pas avec le flashy des dernières productions de L'Égouttoir, place ce numéro sous le signe d'une dérangeante étrangeté. Les illustrations de deuxième et troisième de couverture permettent de retrouver Astuko Ishii, talentueux illustrateur japonais qui avait habillé le septième numéro de Gorgonzola, tandis que le sommaire est agrémenté de strips d'Olivier Texier.

À tout seigneur tout honneur, les frères LeGlatin proposent deux nouvelles histoires de l'univers protéiforme de Caporal & Commandant. Parmi les habitués : les pictogrammes de Tony, l'humour décalé de Jzef, le Parano Club d'Yvang (toujours aussi apte à varier les styles et les formes), L'Agent Schumacher de Léo Quiévreux et Le Journal de Jean-Philippe M. d'Emmanuel Reuzé.

En plus de Jeneverito, deux auteurs argentins présents dans le numéro précédent nous ont fait le plaisir de proposer de nouvelles planches, Dario Fantacci et Pedro Mancini. Le hollandais Erwin Suvaal, associé ici à Pieter van Oudheusden, quitte le domaine de l'absurde et son dessin de bande dessinée classique pour une délicate promenade en forêt. Quant au finlandais Marko Turunen, il revisite à sa manière les Trois Petits Cochons, avec un grand loup de Lucha Libre et les Moumines en invités d'honneur.

Simon Hureau se lance avec réussite dans la chronique sociale, évitant à la fois le pathos facile et l'attitude pontifiante, écueils souvent habituels du genre. Jean Bourguignon arrive à marier écologie et références à La Voituire immergée (aventure de Gil Jourdan que nos lecteurs qui ont du goût connaissent sûrement). Olivier Texier montre sa maîtrise de l'humour grinçant. Pich fait dans l'horreur et Stanislas Gros dans le plaisir muet de dessiner les fonds marins. Sont également présents Guy Boutin, Alex Baladi et Vincent Lefebvre.

Enfin, nous avons le plaisir de proposer une histoire inédite du pilier de l'underground français des années 1980 Imagex, publiée voilà vingt ans aux États-Unis. Nous ne désespérons pas de lui faire refaire de la bande dessinée.

Infos techniques : 106 pages imprimées A5 noir et blanc, octobre 2011, 8 €. Chaque numéro est accompagné de Johnny Boy, un album de Maël Rannou.
Maquette du numéro de Maël Rannou et David Amram. Traductions des planches de Turunen par Glotz et Docteur C., lettrage par Yvang.