OXYMORE # 3

Couverture d'Oxymore # 03, par David Amram

David Amram a décidé de consacrer le troisième numéro d'Oxymore à l'œuvre animée des Frères Fleischer. Grands pionniers de l'animation, innovateurs forcenés (ils ont inventés le rotoscope et présentés les premiers dessins animés sonorisés) ils dominent le secteur aux États-Unis avant la percée fulgurante de Walt Disney dans les années 1930. Le succès d'Out of the Inkwell et les Song-Car Tunes est cependant rapidement éclipsé par celui de Betty Boop, d'abord personnage secondaire d'Out of the Inkwell avant de devenir l'héroïne à part entière d'une série de dessins animés à partir de 1931. L'expérimentation permanente et la fantaisie omniprésente font aujourd'hui encore de ces épisodes des classiques de l'animation, régulièrement réédités.

En 1935, les frères connaissent un nouveau grand succès en réalisant la première adaptation animée de Popeye, le héros de comic strip à succès de E. C. Segar. La concurrence de Disney pousse cependant les frères Fleischer à augmenter leur production, au détriment de la qualité des dessinées animés et des conditions de travail des animateurs. En 1937, une grève de cinq semaines met en danger l'existence du studio. Il est sauvé grâce au soutien de la Paramount. En 1939, leur premier long-métrage, Les Voyages de Gulliver connaît un bon accueil public et rapporte autant d'argent que Pinocchio mais il ne permet pas au studio de retrouver une bonne santé financière. L'adaptation de Superman à partir de 1941 lui permet de rester sur pied, mais l'échec de son second long-métrage à la fin de la même année le conduit à être racheté par Paramount en avril 1942. Max et Dave, qui se sont entre temps brouillés à vie, deviennent alors de simples employés de l'industrie cinématographique. S'ils ne meurent qu'en 1972 et 1979, ils ne produisent plus d'œuvres aussi notables que dans l'entre-deux-guerres.

Notre dossier de 69 pages est composé des traduction d'un article introductif de Harvey Deneroff et de larges extraits du livre de référence de Leslie Cabarga The Fleischer Story. Une interview de Kim Deitch permet à cet auteur underground majeur toujours peu connu en France d'évoquer sa dette envers les Fleischer et les premières décennies de l'animation. Un portfolio et de nombreuses illustrations pour la plupart inédites en France accompagnent ces textes.

La couverture de Léo Quiévreux rend hommage à l'univers des Fleischer. Outre le dossier, elle abrite un poème de Thomas Morisset, quatre photographies d'Allister Sinclair, des textes de Vincent Legeay et Pierre Vagha, et des bandes dessinées de Jzef, David Amram, Olive Booger et Docteur C.

Infos techniques : 120 pages, Janvier 2010 (festival d'Angoulême), 10 €. Certains exemplaires ont été vendus avec un supplément geek de huit pages format A7 reproduisant diverses images liées au fonctionnement des studios Fleischer. Traductions réalisées par David Amram, Glotz et Aurélien Allard.

   ►