VOYAGE DANS NADJA /
QU'EST-CE QU'UNE BITE ?

Voyage dans Nadja et Qu'est-ce qu'une bite ? : un récit illustré et une courte nouvelle joliment calligraphiés au long desquels Benoît Preteseille, le co-fondateur de Warum, fait montre de son talent d'écrivain.

Couverture de Voyage dans Nadja, de Benoît Preteseille

« Debout les monstres !
Alors oui, je sais, c'est mal, mais je n'ai pas pu m'en empêcher, je vous jure. J'ai encore relu le Nadja d'André Breton...»

Le récit principal du volume est une exploration de Paris à partir de Nadja, qui se fait également relecture du roman : les rues et les places, les passages et les arrières-cours que parcourt Preteseille résonnent des phrases de Breton. Le texte est parsemé d'illustrations qui sont explication, respiration ou accélération dans des effets de mise en page dont la sobriété garantit l'efficacité. Preteseille connaît à merveille le Paris surréaliste de l'entre-deux-guerre, mais ne s'enferme pas dans la référence ni la citation : Nadja est un arrière-plan, dont la méconnaissance n'empêche pas d'apprécier l'originalité de ce Voyage.

Couverture de Qu'est-ce qu'une bite, de Benoît Preteseille

« Je n'ai jamais pu regarder en face ce qui se cachait entre mes jambes. Dès ma naissance. Mes parents s'inquiétèrent donc très tôt de mon absence d'intérêt pour la masturbation infantile. Ils étaient tellement libérés en ce temps-là, vivant nus le plus clair de leurs jours et forniquant sans gêne dans tous les coins de notre petit appartement, ça les perturbait beaucoup d'avoir un fils non obsédé, non pervers polymorphe. Mon abstinence trahissait leurs idéaux... »

Dans Qu'est-ce qu'une bite ? Preteseille se fait conteur angoissant, à travers l'autoportrait succint d'un homme que la sexualité dégoûte et son propre pénis horrifie. Détaché de ses influences habituelles, l'auteur se montre aussi convaincant que dans l'exploration du panthéon surréaliste.

Infos techniques : Voyage dans Nadja / Qu'est-ce qu'une bite, Benoît Preteseille, troisième titre de la collection Gorgonzola, 32 pages, rabats. Août 2009. 4 €.